capture-1w2 01

capture-1w2 02

Accueil

Le Club

L'Aikido

Documentation

Santé

Galerie

Contact

Liens

 

morihei-ueshiba-morihiro-saito-iwama

 Ci-dessus, sensei Morihei Ueshiba maniant un jo. 

 

L'Aïkido 

L'aïkido (合気道, aikido) est un art martial japonais (budo), fondé par Morihei Ueshiba O sensei entre 1925 et 1969.

Le terme aïkido (aikidō en japonais) est composé de trois kanjis signifiant :

合 ai : concorder ; harmonie

気 ki : énergie

道 dō : la voie.

L'aïkido se compose de techniques avec armes (jo = baton, bokken = sabre de bois et tanto = poignard) et à mains nues utilisant la force de l'adversaire, ou plutôt son agressivité et sa volonté de nuire. Ces techniques visent non pas à vaincre l'adversaire, mais à réduire sa tentative d'agression à néant.

L'aïkido peut être considéré comme la concrétisation du concept de légitime défense : une réaction proportionnée et immédiate à une agression.

En fait, dans l'esprit de l'aïkido, il n'y a pas de combat, puisque celui-ci se termine au moment même où il commence. Il n'existe donc pas de compétition d'aïkido.

L'aïkido est pratiqué par des femmes et des hommes de toutes tailles et âges. Le but de la pratique est de s'améliorer, de progresser (techniquement, physiquement et mentalement) dans la bonne humeur.

Ne sont enseignées que des techniques respectant le partenaire.

 


 morihei-ueshiba-nobuyoshi-tamura

 Ci-dessus, sensei Morihei Ueshiba maniant un bokken.


Morihei Ueshiba, le fondateur.

né le 14 Décembre 1883 à Tanabé dans l'île de honshu.

- 1893 Son père l'initie aux méthodes de combat des Samouraïs et au maniement du sabre et de la lance.

- 1901 Il pratique avec Maître Tokusaburo Tojawa le Jujitsu à l'école Kito à Tokyo.

- 1903 Il se rend à Sakai pour étudier le sabre avec Maître Masakatsu Nakaï de l'école Yagyu, dont il fut diplomé en 1908.

- 1904 Il s'engage dans l'infanterie et il participe à la guerre entre la Russie et le Japon en Mandchourie.

- 1911 Installé à Hokkaido il rencontre Maître Sokaku Takeda qui lui enseigne les techniques secrètes de l'école Daïto, dont il obtient le diplôme de Maître en Jujitsu en 1916.

- 1919 Son père très malade, il décide de retourner à Tanabé. Sur le chemin du retour il fait la connaissance du Révérend Wanisaburo Deguchi fondateur de la religion Omotokyo.

- 1920 Son père meurt en janvier. Touché par ce décès, il passe plusieurs mois à Ayabé dans le temple religieux de l'Omotokyo.

- 1922 Il étudie les techniques de Jujitsu de l'école Shinkagé, il en sort diplômé.

- 1924 Il quitte le Japon pour accompagner le révérend Deguchi en Mongolie. Il revient à Ayabé en1925 où il a, à force d'étude, la révélation de son Art.

- 1927 Il s'installe à Tokyo dans une salle de billard que met à sa disposition le prince Shimazu pour qu'il aménage un dojo.

- 1931 A Tokyo il construit un dojo qui prend le nom de Kobukai, où il enseigne jusqu'à ce que la guerre vide son dojo de ses meilleurs éléves. Il se retire à Iwama où se trouve le sanctuaire actuel de l'Aïkido.

- 1946 Les Américains interdisent les arts martiaux.

- 1948 Réouverture du Kobukai qui devient le 9 février le Zaidan Honji Aïkikaï.

- 1961 Le gouvernement Japonais reconnaît officiellement l'Aïkikaï so hombu.

O SENSEI s'éteint le 26 avril 1969 un beau jour de printemps.

(texte tiré du site de la FFAB)

 

 osensei

 Ci-dessus, sensei Morihei Ueshiba demontrant une technique à mains nues.

 


 

Les règles :


Au dojo

1 - Il est nécessaire de respecter l'enseignement, la philosophie du Fondateur et la manière dont l'instructeur les transmet.

2 - Chaque pratiquant s'engage moralement à ne jamais utiliser une technique d'Aïkido pour blesser ou manifester son ego.

3 - Les règlements de conflits personnels sur le tapis sont interdits.

4 - Il n'y aura pas d'esprit de compétition sur le tatami.

5 - Toute forme d'insolence sera proscrite.

6 - Chacun a des possibilités physiques et des raisons différentes pour pratiquer l'Aïkido. Elles doivent être respectées.

7 - Acceptez les conseils et les observations de l'instructeur et essayez de les appliquer avec sincérité, du mieux que vous pouvez.

8 - Tous les pratiquants étudient les mêmes principes.

 

Sur le Tatami 

1. En montant sur le tatami et en le quittant, vous devez saluer 

2. Saluez toujours en direction du Kamiza et du portrait du Fondateur. 

3. Respectez vos instruments de travail : le Gi (tenue d’entraînement) doit être propre et en bon état, les armes rangées lorsqu’elles ne sont pas utilisées. Respectez vos partenaires en veillant à votre propreté corporelle avant de monter sur le tatami.

4. Ne vous servez jamais d’un Gi ou d’armes qui ne vous appartiennent pas.

5. Quelques minutes avant l’entraînement, vous devez y être « préparé », assis en seiza, tous sur une même ligne, et dans une posture de méditation. Ces quelques minutes permettent à votre esprit de faire le vide, de se débarrasser des problèmes de la journée et préparent à l’étude.

6. Le cours commence et se termine par une cérémonie formelle. Il est essentiel d’être à l’heure pour y participer; mais si vous arrivez en retard, vous devez attendre à côté du tatami jusqu’à ce que l’enseignant vous fasse signe de vous joindre au cours. Saluez-le à genoux en montant sur le tatami. Veillez aussi à ne pas perturber le cours.

7. La façon correcte de s’asseoir sur le tatami est la position en seiza. Mais si vous êtes blessé au genou, vous pouvez vous asseoir en tailleur. N’allongez jamais les jambes et ne vous adossez pas à un mur ou à un poteau. Vous devez être disponible à chaque instant.

8. Ne quittez pas le tatami pendant l’entraînement sauf en cas de blessure ou de malaise et en avertissant l’instructeur.

9. Quand l’instructeur montre une technique, vous devez rester assis en seiza et regarder attentivement. Après la démonstration, saluez-le, puis saluez votre partenaire et commencez à travailler.

10. Dès que la fin d’une technique est annoncée, arrêtez immédiatement votre mouvement, saluez votre partenaire, et rejoignez les autres pratiquants assis en ligne.

11. Ne restez jamais debout sur le tatami sans travailler. S’il le faut, restez en seiza en attendant votre tour.

12. Si pour une raison ou pour une autre vous devez absolument poser une question à l’instructeur, allez vers lui, ne l’appelez jamais : saluez-le avec respect et attendez qu’il soit disponible. (Un salut debout suffit dans ce cas).

13. Quand l’enseignant vous montre un mouvement particulier pendant le cours, mettez-vous à genoux et regardez attentivement. Saluez-le lorsqu’il a terminé. Quand il corrige un autre pratiquant, vous pouvez vous arrêter de travailler pour regarder. Asseyez-vous en seiza et saluez de même. 

14. Vous êtes là pour travailler, non pour imposer vos idées aux autres. Respectez les pratiquants les plus gradés.. Ne discutez jamais à propos de la technique.

15. Si vous connaissez le mouvement et que vous travaillez avec quelqu’un qui ne le connaît pas, vous pouvez le guider. Mais n’essayez pas de corriger votre partenaire si vous n’avez pas le niveau Yudansha (ceinture noire).

16. Parlez le moins possible sur le tatami. L’Aïkido est une expérience.

17. Ne vous prélassez pas sur le tatami avant ou après les cours. Il est réservé à ceux qui désirent s’entraîner. 

18. Le tatami devrait être balayé chaque jour avant les cours et en fin de journée. Chacun est responsable de la propreté du Dojo. 

19. Le port des bijoux est à proscrire pendant l’entraînement. 

20. Évitez de manger, boire ou fumer .